Brainstorming

jeudi 7 novembre 2019

Comme nous en avons parlé à la dernière Blé, nous allons faire une réunion spéciale le samedi 16 novembre 2019 de 15h à 17h à la salle Amassada de la Teste de Buch Cette réunion est ouverte à tous les adhérents du Sel de la Dune. "Pour lire la totalité de l'annonce, je clique sur son titre"

Votre présence est requise et indispensable ! Chacun et chacune d’entre vous !
Le monde est en pleine évolution et nous avons la possibilité, par notre action au sein de cette association, de participer à ce changement grâce à cette magnifique énergie que sont les Sels.
La valeur humaine que représente ce concept est un point extrêmement fort dans notre société actuelle. Il est temps de se faire connaitre, de développer ce magnifique outil.
Plus que jamais, nous devons être présents dans le paysage social du Bassin d’Arcachon.
Chacun(une) est utile aussi petite soit son action. Rappelez-vous la parabole du colibri *(en annexe)
Nous allons, lors de cette réunion un peu atypique dans sa présentation, donner la parole à tous(tes), jouer à la collecte d’idées, et vous allez pouvoir participer dans la bonne humeur, à la création d’une synergie d’action. N’ayez pas peur, ça fait pas mal !
Je suis Frédérique Caignard et c’est avec grand plaisir que je mènerai ce brainstorming ça non plus ça fait pas mal ! où le maitre mot sera : le non-jugement !
Venez participer à ce grand moment de convivialité, de partage et de création !
Inscription requise par retour de mail.
Bien à vous
Frédérique

*La parabole du Colibri est tirée d’une légende amérindienne.
Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit :
« Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »
Et le Colibri lui répondit :
« Je le sais, mais je fais ma part. »